"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

CRISE POLITIQUE GENERALISEE:

Hebdomadaire Catholique: Justice - Vérité - Miséricorde

Vers une impasse


A mi-parcours du mandat de l’ère du changement,  le Bénin  est pris de cours  par  une  crise  économique et politique généralisée. Face à cette crise qui devra perdurer de part sa nature, ministres, députés et autres acteurs politiques demeurent empêtrés dans leurs querelles politiciennes, conduisant tout doucement le peuple vers une impasse.

 


 

Une première session ordinaire parlementaire 2008 falot. Trois mois d’errements et d’intrigues politiques à l’assemblée nationale sans le vote de la moindre loi, sur un fond de menace persistante de destitution du président Mathurin Nago. On croyait en être à l’une des étapes les plus inquiétantes de la situation politique actuelle quand le gouvernement à son tour donna dans la nuit du mercredi 9 juillet un signal des plus désolants. Au cours d’une émission télévisuelle animée par Annick Balley sur la chaîne publique de télévision (ORTB) sur le thème de la cherté de la vie, le ministre de l’économie et des finances, Soulé Mana Lawani, le ministre de l’industrie et du commerce, Grégoire Akoffodji et l’ancien ministre Soumanou Moudjaidou, actuellement conseiller technique à l’industrie du président de la République, ont déclaré pour citer l’un deux: « fini la magie! ».
C’est assez décourageant d’entendre de hauts cadres béninois dire maintenant, à mi-chemin des 5 ans du mandat, que le social ne développe pas un pays, comme s’ils venaient de s’en rendre compte après avoir échoué à vouloir faire de la magie. Mais de cela, il ne faudrait pas leur en tenir rigueur. Car ce qu’il devrait plutôt dire, c’est que les dépenses électorales et clientélistes. De toute évidence, maintenant que les élections législatives et locales sont passées, le gouvernement aura toutes les difficultés sociales à cesser subitement d’être l’Etat provident. Mais c’est encore plus choquant de se rendre compte que tout le long, le gouvernement ne savait pas que la crise économique dans laquelle le Bénin et le monde s’enfoncent était structurelle. Et de tout ce qui est dit par les membres du gouvernement, on ne voit pas poindre une option sérieuse pour des solutions structurelles à la crise économique. Sinon, qu’ils nous ont promis de façon certaine que le prix du litre d’essence à la pompe montera jusqu’à 650 fr cfa, ce qui voudrait dire que l’Etat n’est toujours pas prêt à assouplir les pressions fiscales de manière à favoriser le développement des industries locales et les investissements privés locaux et étrangers. Et puis les ministres ont révélé que le Bénin ne respecte pas les normes de ratio masse salariale-recettes fiscales en vigueur au sein de l’Uemoa, soit 35%. Au Bénin, à les croire, ce ratio est de 47%, soit 12 points d’écart. Ce qui traduit un grand malaise pour les finances publiques au point de craindre la cessation de paiement dans les mois à venir. Le ministre Lawani va jusqu’à caricaturer une intervention du président Yayi qui compare le Bénin dans la situation de crise à un soldat à cours de munitions sur le champ de bataille.
En fait, en plus de se contredire,  les ministres sur le plateau de la télévision demandent aux citoyens de leur faire des suggestions. Ils n’ont donc aucune politique économique structurée et ne savent plus où donner de la tête. L’impasse est plus qu’une appréhension.
Occupés que sont les politiciens de tous bords, du côté du parlement comme de celui du gouvernement, par les questions de contrôle du pouvoir, aucun d’eux n’a rien de rassurant à proposer en matière de la gestion du pouvoir pour le bien-être dans un contexte économique et politique internationale des plus difficiles. Le gouvernement du changement s’essouffle et se confond dans ses élans d’Etat provident alors que le pouvoir législatif est tout sauf un parlement de développement. Dans ce contexte où tout est politisé, il faut savoir entendre la frustration et le découragement de maints technocrates et experts béninois qui ne savent comment servir ce pays sans se laisser compromettre par le jeu politique. Le cas récent du directeur du port autonome de Cotonou (Pac) est édifiant . Oubliez la personne de Jérôme Dandjinou. Combien de cadres béninois disent tout bas : « On m’a donné le mouton tout en gardant la corde. La hiérarchie n’a pas suivi dans la mise en œuvre de ce plan ». Les paysans se demandent aussi à quand enfin une campagne de coton rentable ? Si enfin on entend raison pour les orienter davantage vers les cultures vivrières, ils demanderont aussi comme les femmes du Couffo et de l’Atakora quand nous aidera-t-on à conserver et à transformer la surproduction de tomate que nous jetons ?

Alain Sessou



21/07/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1300 autres membres