"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Projet d’installation forcée du maire:

  Violence en vue à Dangbo ce jour

In Le Matinal-12 juin 2008
Les acteurs politiques de la commune de Dangbo se préparent sans doute à s’affronter, ce jour, dans leur localité. En face du camp des conseillers majoritaires qui veulent forcer la cérémonie de passation de service ce matin, il y a leurs homologues de la mouvance qui subordonne cette passation à la décision de la Cour Suprême.

La commune de Dangbo risque de basculer dans la violence ce, jour jeudi 12 juin 2008, à cause de l’intransigeance des positions de part et d’autre. C’est d’abord le premier adjoint du maire élu le 04 juin dernier, M. Emmanuel Voglozin, qui, au cours d’une conférence de presse, hier, à l’hôtel ’’ La Détente ’’ de Porto-Novo, a expliqué aux journalistes les intentions de son groupe de prendre service contre vents et marées ce jour à Dangbo. Pour lui, l’installation des membres de son conseil s’est effectuée dans les règles de l’art et en présence des représentants de l’autorité de tutelle. C’est, selon Emmanuel Voglozin, après que le bureau d’âge a commencé ses travaux et qu’on s’apprêtait à recueillir les candidatures pour le poste de maire de la commune que les éléments de la liste Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), sous la conduite du pasteur Simplice Codjo, ont vidé la salle et se sont réfugiés dans le bureau du maire sortant au motif que la procédure des procurations ne doit pas être prise en compte. La suspension de 10 minutes qui leur a été accordée n’a pas été, selon Voglozin, respectée et c’est plus de 30 minutes après qu’ils sont revenus dans la salle. Entre temps, le groupe majoritaire, dira Voglozin, a fait rapidement venir les signataires des procurations pour contourner le blocage. Mais, c’est la une situation qui n’a pas empêché les autres de refuser de poursuivre le processus. Dans la foulée, la délégation préfectorale qui a fait un bref saut dans le bureau du maire sortant pour s’entretenir avec le groupe des rebelles, a demandé à se retirer au motif que la situation qui prévalait ne permettait plus de continuer. C’est, selon Emmanuel Voglozin, la désolation générale dans la salle où on accuse déjà la délégation préfectorale de tenter de prendre partie pour les éléments de la Fcbe. Surtout que le bureau d’âge était déjà installé et que le Secrétaire général de la mairie de Dangbo avait déjà la direction de la situation en main, compte tenu de l’arrêté préfectoral, a déclaré Emmanuel Voglozin qui affirme que tout s’est jusque-là bien passé et son groupe doit installer le maire dans ses fonctions ce jour, quoi que cela puisse coûter. Le projet a reçu un mauvais accueil au niveau des éléments de la liste Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) qui se sont rapidement retrouvés, à partir de 19 heures, hier soir, quelque part à Porto-Novo, pour réagir. Selon une source digne de foi, les participants à la rencontre d’hier soir ne veulent pas laisser le camp Voglozin installer le maire. D’ailleurs, des dispositions semblent déjà avoir été prises pour éviter que le maire sortant, M. Policape Makambio qui va passer le témoin, soit absent. Mieux, un fort contingent de militants Fcbe seraient déjà mobilisés pour envahir la mairie, ce matin comme cela a été le cas, le mardi dernier, à Avrankou avant les échauffourées qui ont fait des blessés graves et d’importants dégâts matériels. Dans la même foulée, on apprend que tous les deux camps semblent déjà dans une logique d’affrontement et il faut craindre le pire dans le cas actuel où les éléments de la Fcbe ne veulent rien entendre tant que la Cour Suprême n’aurait pas rendu son verdict. Il faut préciser que le camp Voglozin, surpris de n’avoir pas eu l’arrêté de constatation d’installation du conseil communal et de l’élection du maire, comme cela a été le cas, dans plusieurs localités du département, a écrit, le mardi dernier, au préfet, Inès Houessou Aboh, pour en savoir davantage. Dans un contact privé, le préfet leur aurait signifié qu’elle attend toujours la réaction du ministre de la décentralisation avant de se pencher sur le cas de Dangbo qui lui semblait unique en son genre. Le préfet Inès Houessou Aboh, selon les mêmes sources, serait très embêtée par cette situation du fait que sa délégation a déjà installé le conseil et le bureau d’âge aussi élu. Cependant, elle n’a pas pu délivrer l’arrêté de constatation voulu au maire de Dangbo.

J-Ch. H.


12/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1307 autres membres