"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Y a -t-il un pilote dans cet avion ?

Le changement plombé

16 juillet 2008

C’est la conclusion que l’on peut retenir au lendemain du forum sur la cherté de la vie et avec la vérité des prix publiés par le conseil des ministres. Tout coûte cher. Le ciment est à 80.000 Fcfa la tonne, le pétrole lampant 400 Fcfa le litre, l’essence 650 Fcfa le litre, le gasoil 640 Fcfa le litre, le mélange 720 Fcfa le litre et le gaz domestique 550 Fcfa le kilogramme.

C’est clair que les prix de toutes les denrées de grande consommation vont flamber. Le maïs, le riz, le pain même le piment ne seront plus à la portée du Béninois moyen. Le transport des biens et des personnes va coûter désormais les yeux de la tête. Bref, le panier de la ménagère va s’alléger de façon drastique et le pouvoir d’achat va se réduire comme une peau de chagrin. Ainsi, on pourra constater à souhait que la vie sera plus dure, plus difficile pour les Béninois. Ce sera le changement. Mais pas celui prôné jusque-là par le Dr Yayi Boni et qui a fait rêver des millions de Béninois. Ce sera le changement que tout Béninois de quel que bord qu’il soit va combattre jusqu’à la dernière énergie. Parce que tout simplement, le changement, le vrai, celui qui est désiré par le peuple tout entier aura été dénaturé, plombé. Et pour cause. Le gouvernement du changement s’est trompé dans son diagnostic. En effet, il n’a pas été en mesure d’identifier à temps les causes de la crise économique et alimentaire qui secoue le Bénin et les pays africains. Pendant six mois, il nous a rabâché les oreilles en parlant de crise conjoncturelle. Une kyrielle de mesures ont été alors prises (subventions des produits de première nécessité, allègements fiscaux tous azimuts) à coups de milliards pour faire face au phénomène. Quatre vingt milliards de francs Cfa ont été engloutis en vain dans la résolution de la crise. On faisait croire aux Béninois que leur pays était la citadelle que cette crise ne pouvait jamais ébranler. Malheureusement, le résultat escompté n’a pas été atteint. Le Bénin est assis dans la crise. Car à mauvais diagnostic, naturellement mauvais remèdes. Cette vérité est aussi manifesté en médecine qu’en économie. On comprend alors que le mal s’aggrave, entraînant des conséquences incalculables. C’est après cela que les gouvernants donnent l’impression qu’ils ont pu identifier le type de crise. On parle maintenant de crise structurelle qui se manifeste par la stagnation de la croissance qui coexiste avec l’inflation. Cette nouvelle qualification de la crise est à l’origine des nouvelles mesures prises par le gouvernement du changement. Les prix des denrées de grande consommation ont été réajustés. Et le constat est que le réajustement des prix signifie la flambée des prix pour ne pas dire vérité des prix. A quand la fin de la vérité des prix ? Devons-nous attendre encore six autres mois pour voir une nouvelle qualification et de nouvelles mesures, certainement plus corsées ? En tout cas, le vrai changement a du mal à prendre de l’envol. Il a du plomb dans les ailes.

 


Maximin Tchibozo



17/07/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1305 autres membres