"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Après le sommet de la Cen-Sad :

Ecrit par Affissou ANONRIN   

Boni Yayi face à la tension politique nationale

Le 10è sommet de la Cen-Sad pour lequel toutes les attentions ont été mobilisées a pris fin hier 18 juin 2008. Le Chef de l'Etat, le Dr Boni Yayi devra maintenant se remettre sur d'autres fronts de lutte. Point de répit pour lui parce que, au plan interieur, les problèmes ne manquent pas. Il devra faire face à la tension politique nationale et à bien d'autres crises qui ont projeté une mauvaise image du Bénin lors du sommet de la Cen-Sad.
Selon
des sources proches du Palais de la Marina, le premier dossier auquel le président de la République aura à s'attaquer est celui de la crise née de la non installation de 24 conseils communaux plusieurs jours après la proclamation des résultats définitifs par la Cena. Les négociations qui ont été entamées en direction de certains chefs de partis politiques avant le sommet de la Cen-Sad seront poursuivies et pourraient aboutir à des conclusions exploitables, indiquent ces mêmes sources. Tous les moyens seront mis en œuvre pour décrisper la tension politique nationale marquée par les violences post-électorales, le blocage du Parlement, la paralysie dans certaines communes du Bénin et le risque permanent d'une implosion sociale. Pour les uns et les autres, le Chef de l'Etat, le Dr Boni Yayi n'a plus d'autre choix que de faire la paix avec la classe politique nationale qui le tient, tout au moins à l'Assemblée Nationale. A quelques jours de la rencontre des Chefs d'Etat et de leaders de la Cen-Sad, des foyers de tension ont éclaté partout au Bénin. Le mécontentement s'est généralisé. Pour se faire entendre, les membres des formations politiques réunis au sein du G4, du G13 et de Force Clé sont montés au créneau pour dénoncer les dérives du gouvernement. Le mercure est tellement monté que le Chef de l'Etat s'est vu obligé d'envoyer des émissaires chez certains responsables politiques. En dehors du président d'honneur de la RB qui a reçu une délégation conduite par le ministre Pascal Koupaki, le Chef de file des Tchoco-Tchoco a été approché par une délégation au sein de laquelle se trouvaient les ministres Démolé Moko, Késsilé Tchalla et Issifou Kogui N'Douro. Ces différents émissaires ont malheureusement raté leur mission. Maintenant que le sommet de la Cen-Sad a clos ses travaux, il revient alors au Chef de l'Etat de faire face à son propre destin. Une chose est claire. Tant que les 24 conseils communaux qui restent ne seront pas installés, le Chef de l'Etat n'aura pas la paix. Et comme nous sommes dans le cadre des élections locales, les responsables des partis politiques qui jouent actuellement aux sapeurs pompiers ne pourront pas tenir longtemps face à la pression de leur base. Résultat, le parlement restera longtemps paralysé. Le gouvernement ne pourra plus ratifier certains accords importants pour le développement du pays. Ce qui entraînerait à coup sûr la paralysie de toute la nation. Il faudra donc trouver une porte de sortie. Et le plus tôt sera le mieux.
Affissou Anonrin



19/06/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1310 autres membres