"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Blocage total à l’Assemblée

Le Béninois libéré 15 juillet 2008

  Le peuple attend la démission de Nago


Aboubakar TAKOU

32 Députés sur les 83 que compte le Parlement étaient hier à l’Assemblée pour la ratification de l’accord de prêt relatif à la lutte contre l’érosion côtière mais puisque le quorum n’était pas atteint, les seuls Fcbe présents à l’Assemblée ont dû vider eux aussi les lieux. Une petite recherche a permis de comprendre que les députés opposés à Nago et par ricochet à Boni Yayi n’entendent pas démordre et comptent garder le blocage jusqu’à l’ouverture des débats sur la destitution du président de l’Assemblée. Ne pouvant pas voir brûler ce qu’il a fabriqué, Boni Yayi a fait depuis le début de cette affaire de son mieux pour éviter ce qui se profile à l’horizon. Mais aujourd’hui il va falloir que Boni Yayi se mette dans la peau de Rudyard Kipling pour assister sans dire mot et sans exprimer un quelconque état d’âme, à la destitution de ce qu’il a fabriqué. A la question de la destitution de Mathurin Koffi Nago, la position de l’immense majorité étant on ne peut plus claire. Il n’y aura pas débat à l’Assemblée tant que ce débat ne portera sur Mathurin Nago. Le député Rachidi Gbadamassi joint hier au téléphone ne s’inscrit plus dans une logique de débat sur l’opportunité du départ de Nago mais plutôt sur la procédure de sa destitution .Pour le député de Parakou, le nombre de voix pour destituer Nago était déjà réuni depuis. La balle est maintenant dans le camp de la mouvance qui continue de s’accrocher à une poutre qui tombera tôt ou tard par se ronger totalement de l’intérieur. Il faut lire à travers l’engagement de la cinquantaine de députés hostiles à Nago une conviction de fermer cette page-là. Ce qui signifie simplement que la reprise des débats parlementaires n’est plus pour aujourd’hui.Or le chef de l’Exécutif a, lui, besoin du Parlement pour faire avancer les choses par exemple ou tout au moins pour faire ratifier l’accord de prêt sur la table des députés. Après le peuple béninois éternel victime de ces genres de situations , c’est Boni Yayi qui part perdant dans ce bras de fer surtout que l’usage des articles de guerre pour gérer par ordonnance ne saurait se justifier dans ce contexte .La balle revient avec le recul, et après coup à Mathurin Nago .Lui seul peut sauver les Béninois et Boni Yayi de ce pétrin. Ce qui traduira indubitablement son amour patriotique pour le premier et son amour fraternel pour le second qui n’attend de lui que l’expression de ce sentiment. Pour être clair, Nago doit se mettre au dessus de la mêlée et démissionner. Si le Christ a accepté de mourir sur la croix de calvaire à Golgotha, ce n’est pas Nago qui va refuser de s’offrir en mouton de sacrifice pour sauver plus de six millions d’âmes et particulièrement pour son bienfaiteur Boni Yayi. C’est d’ailleurs dans des situations pareilles, que les grands hommes montrent toute leur classe et suscitent des vocations auprès de la génération montante .En sortant par la grande porte via une démission, Mathurin Nago aura non seulement contribué à relancer le débat des chances de dialogue entre Yayi et la classe politique, gage de la réélection en 2011 ; mais aussi s’ouvrira-t-il les portes de la marina en 2016.



15/07/2008
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1308 autres membres