"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Dangereux précédent dans le financement de la campagne électorale des élections municipales :


LE BENINOIS LIBERE  - - 29 avril

Nago pioche dans les caisses de l’Assemblée
(Yayi Boni coule des larmes de honte, lui qui "n’aime pas ça")

  

L’erreur est humaine mais persévérer dans l’erreur est diabolique. Le président Nago, après analyse, fait plus de tord que de bien au Changement et à Boni Yayi. Certains disent déjà qu’il aurait fallu que Boni Yayi ne le proposât à ce poste. Et pour cause, le tout puissant roi du parlement béninois vient de commettre un gros impair dans le cadre des municipales et communales du 20 avril dernier. L’homme de Yayi vient de piocher dans les caisses de l’Assemblée pour faire confectionner à coups de millions des milliers de calendriers à sa gloire, à son effigie pour faire campagne dans les localités de Bopa, de Lokossa, de Grand-Popo, de Houéyogbé et environs. Il a laissé quelques exemplaires desdits calendriers au profit des parlementaires et le gros lot pour les localités sus-citées. Le sujet a retenu l’attention de certains membres du bureau de l’assemblée qui, tout en boudant la rencontre d’hier après avoir boycotté celle du vendredi 25 a apprêté une série de questions qui feront exploser le parlement prochainement. Les députés s’étonnent et se demandent pourquoi c’est en période électorale que lesdits calendriers ont été confectionnés et livrés. Du côté des députés de la mouvance présidentielle, c’est la désolation. Ils regrettent que Nago n’ait pas eu l’intelligence de positionner ce business vers la fin de l’année pour tout au moins faire croire qu’il s’agit de gadgets de fin d’année même si l’effigie sur lesdits calendriers a de quoi vendre la mèche sur les intensions réelles qui sous-tendent leur confection. Toute chose qui va faire honte à Boni Yayi habitué à un discours de tolérance zéro pour la corruption, la mauvaise gestion et l’utilisation des fonds de l’Etat à des fins électoralistes et personnelles. Du côté des membres du bureau de l’Assemblée en l’occurrence ceux qui ne sont plus totalement d’accord avec le chef de l’Etat, Nago, vient d’en ajouter à la liste des griefs qu’ils brandissent contre lui. Et pour cause, il n’a même pas pris le soin d’informer la conférence des présidents avant de réaliser son rêve personnel de s’immortaliser sur des calendriers en pleine période électorale. Tout ceci vient poser de nouveau le problème de sa destitution. Et là, c’est le Chef de l’Etat lui-même qui est personnellement interpellé. Faut-il qu’il continue de soutenir Nago la principale source de ses désaccords avec le G13 surtout que le protégé continue de multiplier bourdes sur bourdes ? Les autres députés dans une immense majorité apprêtent déjà deux questions essentielles. Primo, interroger Nago sur le coût de réalisation de ces calendriers. Secondo demandé à Nago si les caisses de l’Assemblée sont-elles destinées à financer la campagne des Fcbe. Au lieu que l’après élection donne lieu à une accalmie au niveau du parlement, Nago vient de relancer la saison des intrigues à l’Assemblée nationale relançant du coup la question de sa destitution. A Boni Yayi maintenant de voir en bon docteur s’il faut ou s’il ne faut pas amputer un membre gangrené au risque d’y laisser sa vie.

L’autre bombe à retardement

Décidément, Nago ne veut pas faciliter les choses à son protecteur Boni Yayi. Pour un professeur d’université, les reproches à son encontre sont déjà trop. Surtout quand on le sait proche d’un Boni Yayi qui doit faire de son image une virginité de jeune fille vu qu’on évolue à grands pas vers la présidentielle de 2011. L’autre bombe qui va faire exploser le parlement dans les jours à venir a pour nom la gestion des missions à l’étranger. Les parlementaires se désolent de voir que même sur ce terrain, Nago fait du favoritisme, du copinage et du clientélisme véreux. A Porto-Novo, sous Nago, ne va pas en mission qui le mérite mais plutôt qui est soit dans le cabinet Nago soit qui appartient à son périmètre immédiat et étant de sa localité. A moins de s’appeler Amissétou que certains parlementaires de l’opposition taquinent de la deuxième épouse de Nago allusion faite à son omniprésence dans les missions à l’étranger. Ceci même si elle n’a aucune qualité pour représenter le parlement béninois. Par exemple sur des missions qui portent sur l’eau, sur l’énergie, sur la santé, ou même sur les chemins de fer, c’est toujours elle avec le constat répugnant qu’elle n’a jamais présenté le rapport de sa première mission jusqu’à la plus récente

Aboubakar SIDICK




29/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1319 autres membres