"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Nomination dans les cabinets ministériels :

La part ridicule réservée aux femmes

Les nominations des cadres et autres fonctionnaires ont progressivement repris au niveau des cabinets ministériels. La situation demeure critique au point où on se demande le sort qui sera réservé aux femmes cette fois-ci dans la répartition des postes de responsabilité dans l'administration publique.

Elles risquent de ne pas avoir cette fois-ci grand-chose lorsque les membres du gouvernement procèderont à la nomination de leurs collaborateurs au niveau des cabinets ministériels. C'est devenu la règle depuis des décennies. Aucun gouvernement n'a eu véritablement le souci ou le sens de l'équité et de la justice en faisant en sorte que les femmes bénéficient à tout point de vue des mêmes droits que les hommes. C'est dommage, mais c'est la réalité. L'intention n'est pas de dire qu'il n'y a pas de femmes nommées responsables au niveau des cabinets ministériels mais ce qu'on déplore est que cela arrive rarement et leur nombre est insignifiant par rapport à la part réservée aux hommes. Cela surprend dans la mesure, où ce n'est pas les compétences qui manquent dans leur rang. Elles sont nombreuses, les femmes nanties de grands diplômes et qui ont beaucoup d'expériences professionnelles. L'élément qui milite aussi en leur faveur est la rigueur dans le travail, leur intégrité et les efforts déployés pour mieux gérer les ressources mises à leur disposition. Contrairement à certains hommes, les cas de scandales financiers ou autres crimes économiques sont rarement cités au niveau des femmes dans l'administration publique. On ne comprend donc pas pourquoi il y a depuis des années cette tendance à les marginaliser ou à leur faire jouer des rôles secondaires.

Le processus est déjà enclenché et comme d'habitude, elles ne doivent pas s'attendre au respect de la parité dans les nominations. A moins que les autorités prennent conscience de cette discrimination et décident en toute justice de réparer le tort qui leur est causé. Il faut qu'elles se mobilisent davantage pour défendre leurs droits. Quant au Président de la République, il devra prouver sa bonne foi en exigeant à ses ministres, un quota en faveur des femmes lors des nominations dans leurs cabinets. C'est la seule manière de mettre fin à cette injustice et ce mépris qui ont trop duré à l'égard des femmes dans la société.


Euloge GANDAHO
10 Octobre 2007


10/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1324 autres membres