"LE BLOG DU Pr JOËL AÏVO"

Vie chère au Bénin :


 Boni Yayi a des difficultés pour nourrir son peuple

La vie chère qui touche la plupart des pays du monde n'épargne pas le Bénin. Si au niveau des autres nations, des approches de solutions durables sont trouvées pour que la population sente le moins possible les effets pervers de cette crise alimentaire mondiale, force est de constater qu'au Bénin, le pouvoir peine à trouver le bon bout. Plusieurs approches ont été déjà expérimentées. Mais sur les marchés, les prix continuent de flamber. En désespoir de cause, le gouvernement a préféré lâcher du lest. C'est sans détour qu'il a déclaré son incapacité à nourrir son peuple. Et pourtant des pistes existent pour sortir du guêpier surtout que le Bénin dispose d'atouts certains.


Plusieurs milliards de F Cfa ont été déjà engloutis dans la lutte contre la cherté de la vie engagée par le gouvernement du Dr Boni Yayi depuis 2007. Selon certaines données statistiques, plus de 200 milliards de F Cfa auraient été dépensés pour faire reculer, mais en vain, les murs de la crise alimentaire. Malheureusement, cet effort fait par le Chef de l'Etat n'a pas eu l'effet escompté. Sur les marchés, les prix des produits de première nécessité continuent de flamber. Au même moment, le pouvoir d'achat des consommateurs s'érode de jour en jour. Les dernières mesures prises par le gouvernement par rapport à la réalité des prix sur le marché international ont d'ailleurs exacerbé la psychose générale dans laquelle est plongé le peuple béninois qui ne croit plus à un lendemain meilleur. Le ciment, le gas-oil, le maïs ont non seulement connu ces derniers temps une hausse de prix mais sont malheureusement introuvables sur les marchés. Pour avoir cinq Kg de maïs dans les points de vente ouverts par le gouvernement à travers l'Onasa via une société privée, il faut non seulement attendre des jours, mais aussi et surtout prier le ciel pour que le stock ne soit pas épuisé lorsque vient le tour de vous servir.  Hier, plusieurs personnes ont passé la nuit à la Place de l'étoile rouge à Cotonou sans trouver du maïs. Pour ce qui est du riz, on n'en parle même pas. Il faut avoir suffisamment de moyens pour s'offrir le plaisir d'en manger. Pour certains Béninois qui sont même réduits à un repas par jour, manger du riz est devenu un luxe dont on ne rêve pas. C'est donc face à cette situation de dénuement que plusieurs pays ont manifesté leur soutien au peuple Béninois. En dehors de la France, la Libye du Colonel Kadhafi, à travers la Fondation Al-Gadhafi a fait don au peuple béninois de plusieurs tonnes de vivres et de médicaments. Ainsi, 1914 sacs de riz de 25 Kg, 596 sacs de maïs de 50 Kg, des cartons de médicaments et d'autres consommables médicaux ont été débarqués le vendredi 6 juin 2008 à l'Aéroport international Bernardin Gantin de  Cadjèhoun. C'est l'Office national de sécurité alimentaire (Onasa) qui s'est chargé de la distribution de ces vivres aux communautés bénéficiaires. Malgré ce regard condescendant jeté par la communauté internationale sur le peuple béninois alors qu'on n'est pas en temps de guerre, les besoins sont toujours là et le gouvernement a malheureusement le dos au mur. Que faire donc ?



16/07/2008
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1300 autres membres